Vue de la mer depuis le Palais Bulle

Un palais ouvert sur la mer

A flan de colline et largement ouvert sur la mer, le Palais Bulle n’en finit pas de nous faire rêver. Ses couleurs ocres contrastent avec le bleu Méditerranée. Et sa conception futuriste nous emportent vers un ailleurs.

On associe le nom du couturier visionnaire au Palais Bulle parce qu’il en a été l’heureux acquéreur dans les années 90. Mais c’est pour l’industriel lyonnais Pierre Bernard qu’il a d’abord été construit au début des années 80. L’architecte hongrois Antti Lovag avait alors imaginé ces courbes sensuelles qui se fondent dans la nature.

Installé en France en 1947, Antti Lovag est à l’origine du mouvement « Blob architecture ». Ce courant fait la part belle aux formes organiques, arrondies et irrégulièrement bombées, comme de amibes. C’est d’ailleurs lui qui inspirera la maison des Barbapapa. (Rien que pour cela il est inscrit dans notre panthéon!)

Une architecture visionnaire

Le Palais Bulle est devenu médiatique en 1992. Quand Pierre Cardin a décidé d’en faire son lieu de vie et aussi un lieu de réception et d’exposition. L’architecture futuriste et visionnaire nous replonge dans les années 60. Et on a l’impression que le palais a toujours fait partie du paysage. En réalité sa construction n’a réellement débuté qu’au début des années 80.

Ses formes organiques, toute en rondeurs évoquent la beauté de la femme que le couturier français n’a eu de cesse de mettre en valeur. Et c’est sûrement pour cela, que dans l’inconscient collectif, le Palais Bulle sera toujours associé à Pierre Cardin.

Depuis 1999, le palais de 1200m² est inscrit au Monuments Historiques. Aujourd’hui sa valeur est estimée à 350 millions d’euros. Une paille quand on considère son histoire, sa vue… et son potentiel.

Aujourd’hui, le Palais Bulle est une résidence privée qui ne se visite pas mais il peut être privatisé pour une réception. Et  en attendant d’y être invité, vous pourrez toujours rêver en vous offrant le magnifique ouvrage : Le Palais Bulle de Pierre Cardin (Ed. Assouline) par Jean-Pascal Hesse et Louis-Philippe Breydel.

https://www.palaisbulles.com/

Vue de la piscine du Palais Bulle
Les orcres contrastent avec le bleu du ciel pour magnifier encore plus l'architecture organique.
Ouverture arrondie à l'intérieur du Palais Bulle
Du marbre, du béton, la sensualité des formes pour une architecture futuriste
Détail architectural d'un escalier
La sensualité architecturale d'un escalier intérieur du Palais Bulle de Cardin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *